lundi 26 mai 2014

70ème anniversaire du Débarquement. Les festivités ont débuté.

La Basse-Normandie va être sous les feux des projecteurs très bientôt et ça commence d'ailleurs déjà tout doucement... Et ô surprise, deux reporters particuliers n'ont pas voulu attendre jusqu'au 6 juin pour débarquer : Cédric et Maxime avaient décidé de parcourir de nombreux sites-clés manchois de cette période de l'Histoire avant tout le monde et c'est la semaine dernière que vous avez pu suivre leurs aventures sur Twitter, Instagram ou encore sur un tout nouveau blog : C'est beau la Manche ! 

Cinq jours de roadtrip à arpenter la Manche, un programme très chargé et tout autant intéressant et complet, un roadtrip dont les étapes résument bien cette période de l'Histoire.

  • Jour 1 
Le premier jour, rendez-vous était donné à la borne 00 d'Utah Beach marquant le début de la Voie de la Liberté où démarre donc symboliquement le roadtrip de Cédric et Maxime. Le début, ou pas, de la Voie de la Liberté car cette voie démarre finalement à la borne 0 à Sainte-Mère-Eglise, là où les parachutistes américains ont posé le premier pied libérateur de Normandie, les parachutistes avaient effectivement débarqué avant les soldats arrivant par voie de mer.

Le Musée du Débarquement d'Utah Beach est un incontournable, le musée raconte les événements du 6 juin 1944 de A à Z et abrite aussi un B26 historique, impressionnant en apparence mais aussi lorsqu'on commence à s'intéresser à l'anecdote de cet avion militaire....
Crédit photo : Manche Tourisme
Crédit : utah-beach.com
Une première journée déjà riche d'apprentissages qui se terminera par du char à voile sur la plage et par une ballade en jeep d'époque !

  • Jour 2
Nécessairement, passer par Sainte-Mère-Eglise était un passage obligé. Sainte-Mère-Eglise, borne 0 de la Voie de la Liberté je vous le rappelle où le parachutiste John Steele resta accroché au clocher de l'église lors de la libération. Venez voir, John Steele est toujours bien là-haut.
L'effervescence de cette période de l'Histoire se ressent à chaque coin de rue sainte-mère-églisaise et c'est en visitant le musée Airborne que Cédric et Maxime ont débuté leur deuxième journée. Dans l'après-midi, ils auront eu le privilège de rencontrer M. Renaud, petit-fils du maire de l'époque qui était aux premières loges lors du Débarquement. M. Renaud, témoin privilégié de cette période qui a tant de choses à narrer. 
Pour finir cette journée, un petit tour au grand air n'était pas volé et quoi de mieux que le Musée à Ciel Ouvert pour cela ? Ce circuit visioguidé a été mis en place par l'office de tourisme, il comporte plusieurs points d'intérêts historiques dans un périmètre de 50 km. Une autre façon de visiter et une expérience à tenter, indéniablement.
Crédit Photo : cestbeaulamanche.com
Parcours du Musée à Ciel Ouvert
Crédit : sainte-mere-eglise.info
Pendant ce jour 2, j'ai eu aussi la joie de rencontrer les deux reporters et devinez où nous nous sommes retrouvés ? A la biscuiterie de Sainte-Mère-Eglise ! BRAVO, hein ! 
Comme d'habitude, j'ai fait un peu ma timide quand je rencontre des personnes pour la première fois mais j'étais bien heureuse, ça oui.
Instagram @anneclairebcn
  • Jour 3
Le mercredi matin, découverte de deux batteries, celles d'Azeville et de Crisbecq, assez différentes l'une de l'autre puisque la première est située en pleine campagne, la seconde fait face à la mer.

Cependant, toutes deux avaient la même fonction : les batteries occupées et aménagées par les Allemands étaient des sites stratégiques permettant de garder un œil sur toute la côte. La batterie d'Azeville comporte 350 mètres de voies souterraines, de véritables galeries qui étaient aménagées de manière à y vivre le mieux possible : les allemands y avaient installés jusqu'à deux pianos et un casino...

Batterie d'Azeville
Crédit : manchetourisme.com
Batterie de Crisbecq
Crédit : cherbourgtourisme.com
Après une bonne partie de la journée passée dans des galeries souterraines, vous ne croyez pas que nos reporters avaient une nouvelle fois mérité une pause gourmande ? Sauf que pour le coup, ils en ont eu deux pour le prix d'une : direction la biscuiterie de Quinéville (oui, dans la Manche, on est très futés, on a des biscuiteries tous les dix kilomètres :-D ) avant de démarrer la soirée par une dégustation d'huîtres. Il y a  bien pire comme fin de journée...

  • Jour 4 
Le périple continue, direction plus au nord, tout au nord d'ailleurs car en arrivant à Cherbourg, on ne peut pas monter plus haut. Matinée spéléo : en arrivant à la Montagne du Roule emblématique de la ville, une autre batterie attend nos reporters ainsi qu'un autre musée, le Musée de la Libération qui retrace cette fois-ci les étapes de la Seconde Guerre Mondiale. Le musée offre en outre une vue panoramique sur la ville de Cherbourg et sa grande rade et son prix tout doux font qu'il ne faut pas hésiter à s'y rendre lors d'une prochaine venue dans la ville. 
Musée de La Libération sur la Montagne du Roule, Cherbourg en contrebas
Crédit : ouest-france.fr
L'après-midi, passage obligé à La Cité de la Mer qui accueille jusqu'au mois de septembre l'exposition : "Cherbourg...Et la liberté vint de la mer", exposition qui informe et rappelle le rôle déterminant du port de Cherbourg à la libération.

Crédit : citedelamer.com
Crédit : citedelamer.com
Et puisqu'on parle du port de Cherbourg, Cédric et Maxime ont terminé idéalement leur jour 4 par une balade en bateau, balade studieuse puisqu'on leur racontera l'histoire du port, de la rade et de la Cité de la Mer.

  • Jour 5 & 6 
Depuis Cherbourg, nos reporters reprenaient la Voie de la Liberté dans l'autre sens, ils allaient commencer à la redescendre et c'est sportivement qu'ils partaient à la découverte des villes de Carentan et Saint-Lô dans le centre du département. A Carentan, il s'arrêteront au Normandy Tank Museum, musée tout neuf de chars et d'avions (ouvert depuis le 1er juin 2013). C'est en empruntant ensuite la Véloroute partant des Plages du Débarquement jusqu'au Mont-Saint-Michel qu'ils atteindront Saint-Lô, ville détruite à 90% pendant la Seconde Guerre Mondiale puis Avranches, dernière étape de leur roadtrip. 
Au lendemain du débarquement, Avranches connait le même sort que beaucoup d'autres villes normandes : la ville et alentours sont bombardés pour couper les routes et éviter ainsi aux renforts allemands d'arriver. C'est à ce prix que les Américains libéreront progressivement les Manchois. 
Le cimetière américain de Saint-James et l'ossuaire allemand de Huysnes-sur-mer sont deux autres sites historiques où se rendront les reporters, Cédric et Maxime qui sont encore une nouvelle fois bien conscients que la Libération ne s'est pas faite sur un claquement de doigts. La Libération a coûté bien des vies humaines, on comprend alors combien il est important d'entretenir ce devoir de mémoire pour tous ces humains qui se sont retrouvés dans la bataille, une bataille qui deviendra bien plus qu'une bataille, une bataille qui fut le fruit d'une poignée d'hommes malveillants qui réussirent pourtant à enrôler bien trop de personnes dans leur inconscience.

Le 6 juin prochain, nous fêterons le 70ème anniversaire du Débarquement. Les festivités ont déjà commencé, avec le roadtrip de nos reporters et avec d'autres manifestations locales qui se mettent en place ici et là. Personnellement, je suis assez impressionnée par l'engouement de tant de personnes qui se mettent en quatre pour que cette semaine du 6 juin, qui accueillera des milliers de visiteurs en Basse-Normandie et dans la Manche, se déroule le mieux possible et qu'elle reste ancrée dans les souvenirs de tous ces visiteurs.
On a beau baigner au quotidien dans cette région historique, on aurait tendance quelquefois à oublier vite tout ce qui s'est passé de mal dans les années 1940. On ne demande pas à vivre dans le passé, car on sait bien que ce n'est pas cela qui fait avancer l'homme, mais le devoir de mémoire est complètement nécessaire pour éviter de commettre les mêmes erreurs.
Sauf que les évènements de la Seconde Guerre Mondiale étaient bien plus qu'une erreur, ils seraient intolérables de les oublier et de faire abstraction de tout ce qui s'est passé.

Suivre les aventures de Cédric et Maxime pendant une semaine a réveillé en moi cette envie d'aller à mon tour découvrir certains sites de l'époque. Car oui, j'aurais eu tendance à oublier un peu cette période de l'Histoire qui a été si importante pour notre région mais pas que : le Débarquement du 6 juin 1944 a été l’événement qui a fait revivre notre pays et qui a fait revivre le monde.
D'ailleurs, le monde se déplacera pour ce 70ème anniversaire, le monde se souvient et c'est tant mieux.
Crédit : ouest-france.fr
Pour revivre plus en détails la semaine de roadtrip de Cédric et Maxime, c'est par ici
Pour suivre les actualités concernant l'organisation des manifestations du 70ème anniversaire, le site dédié est par là

Et rappelons-nous : n'oublions plus, n'oublions pas.
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. "Roadtrip", quelle horreur!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis retournée l'été dernier aux cimetières de Saint James et Huisnes... Cela faisait longtemps que je n'y étais pas allée et même si je connais assez bien ces lieux, l'émotion reste toujours intacte... et puis, cette fois, j'avais emmené les enfants... parce que finalement, si les plages, musées, batteries sont impressionnants et instructifs, ces cimetières sont édifiants !

    RépondreSupprimer
  3. Super article, ça donne envie de venir dans la Manche pour visiter ces lieux de mémoire !

    RépondreSupprimer