mercredi 12 novembre 2014

Les Foulées de la Presse de la Manche, 33ème édition.

C'est le rendez-vous incontournable de l'automne à Cherbourg que l'on pratique ou non la course à pied, le 11 novembre est marqué d'une croix sur le calendrier par plus d'un Cotentinois.

Cette année, il y avait encore plus de participants aux différentes courses et notamment la fameuse populaire où des individuels, des familles, des entreprises, des clubs, des gens déguisés, des gens en rollers, en trottinette, en vélo, un barman avec son plateau surmonté d'un Orangina et de deux verres (qui n'étaient pas collés au plateau il va sans dire), et que sais-je encore, la populaire où tous se retrouvent pour parcourir les petites rues de Cherbourg le temps de 7 kilomètres.

Le ton est donné par les enfants à 13h30, horaire à partir duquel s’enchaîneront les différentes courses, passant par les 5km ou les 6km du Cotentin jusqu'à la très attendue "pop" à 15h50 pour terminer par la Course des As à 17h (ouverte à ceux qui courent 11 kilomètres en moins de 45 minutes...).
  • De l'effervescence
Plus on se rapprochera du petit village des Foulées de la Presse de la Manche, avenue Delaville, plus résonneront les micros, s'intensifiera la foule, croiserons-nous des coureurs en train de s'échauffer, de rigoler, de régler leurs déguisements. On reconnait des visages, on salue cette connaissance, on bisouille des copains. 

Les rues de Cherbourg sont très remplies, ça circule dans tous les sens, il y a des gens pressés, on marche plus vite nous aussi pour faire un peu comme tout le monde et puis on sourit. C'est certainement ce que je préfère de toute cette effervescence ambiante : les gens sont heureux d'être là, qu'ils courent ou pas, les gens sourient et qu'est ce ça fait du bien un bain de sourires le temps d'une demie-journée :-)

  • Des couleurs

Pourtant la météo était loin d'être rêvée, très maussade d'ailleurs. On y a cru, il y avait même quelques éclaircies aux alentours de 14h mais dès 15h, la pluie a fait son retour, une pluie battante, froide accompagnée d'un vent très frais. Pas les conditions idéales pour courir, surtout pour supporter. Mais fi de toute cette pluie, les couleurs étaient bien au rendez-vous, les couleurs fluo propres au running mais aussi les couleurs des déguisements, les gens parés de boas ou guirlandes, les joueurs de la JS Cherbourg Handball (Hiiiiiiii) et j'en oublie tellement encore. Cherbourg était tout gris dehors mais si vif à l'intérieur.

  • Un parcours typique
Cherbourg est une petite ville, une petite ville qui comporte pas mal de petites rues tortueuses. Et on avait beau être plus de 3000 coureurs au départ de la populaire, les organisateurs relèvent le défi de continuer à nous faire passer dans ces ruelles. Attention alors aux voisins, aux filles en roller devant qu'on voudrait bien doubler mais c'est sans compter sur le coude à coude qui se joue dans cette rue trop étroite, attention aussi aux poubelles, aux potilles ici et là qu'on voit au dernier moment, aux gens qui traversent, aux plaques d'égout qui glissent, aux tournants, aux trottoirs,... La populaire, à moins d'être positionné non loin de la ligne de départ, on n'y va pas vraiment pour y faire un temps et c'est bien là son charme.

  • Une fête
Les Foulées de la Presse de la Manche est devenu le rendez-vous incontournable du 11 novembre parce que les organisateurs ont réussi le pari que ces Foulées deviennent une véritable fête du Nord-Cotentin. On y vient en masse, en famille, avec les collègues, entre amis,... On y vient pour passer un moment chaleureux, chaleur devenu indissociable de cette manifestation.

  • Les 6 km du Cotentin
Au bureau, on m'avait proposé de monter une équipe. Chose faite et exécutée avec plaisir : neuf courageux étaient inscrits pour parcourir les 7 km de la populaire aux couleurs de l'entreprise. 

A côté de la pop, je m'étais aussi inscrite aux 6 km du Cotentin. Petite erreur de casting : en tant que femme, j'aurais dû plutôt m'inscrire aux 5 km pour être parmi les femmes. Nous étions 4 malignes à être parmi les hommes au départ de ce 6 km, j'ai vite compris que j'avais fait une erreur vu la vitesse à laquelle ils ont détalé :-O 

Je finis ces 6 km en 33mn, le premier, fameux et impressionnant Stéphane Hannot les terminera en un peu moins de 22mn...

Mais le principal, c'était de participer, non ? En tout cas, c'est bien ce mot d'ordre qui est à retenir à chaque édition des Foulées, merci à la Presse de la Manche et à tous ceux qui s'impliquent dans l'organisation de ce grand rendez-vous ! 

Presse de la Manche du 12 novembre 2014 ;-)
Mon premier rendez-vous avec les Foulées en tant que coureuse, j'en avais déjà parlé ici...

*edit du 14 novembre : je me devais de vous faire partager la vidéo de David qui laisse un aperçu très sympathique et réaliste de ce que sont les Foulées, de l'ambiance qui y règne :
Les Cherbourgeois sont fous, c'est tellement bien :-D
Alors ? à l'année prochaine ?*
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. J'ai tellement de souvenirs avec les Foulées ! On y allait effectivement en famille, c'était la sortie du mois de novembre ! Je les ai courus en étant ado (et oui, à l'époque j'étais sportive) puis ce fut mon petit frère qui prit le relais et que nous allions supporté, sous le soleil ou sous la pluie !
    J'adore l'ambiance, le podium à l'arrivée, la musique et tous les drapeaux qu'on voyait partout... Mes parents nous achetaient des frites et on rentrait à la maison après la course des As...

    Çe me rend bien nostalgique !
    Contente de voir que cette course est toujours aussi à l'honneur dans notre Cotentin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tsss, pas de nostalgie, plutôt plein de beaux souvenirs en tête d'après ta description et c'est bien le principal, tes parents doivent être heureux que tu te rappelles de tout cela. C'est bien cela, c'est une fête les Foulées et ça fait très plaisir de vivre Cherbourg de cette manière, heureuse aussi que cela perdure.

      Supprimer