dimanche 8 novembre 2015

"Avant t'étais radieuse, maintenant t'es creuse"

La vérité du dimanche matin. 
Je le sais bien, je me fais aussi la réflexion de temps en temps : j'avais beaucoup plus de joues avant. 
Avant, c'est avant la course à pied.
Quand je regarde les photos seulement quatre à cinq ans en arrière, c'est certain qu'il y a un changement. Je suis moins certaine de paraître moins radieuse cependant, ce n'est pas parce que tes joues se sont fait la malle, que tu fais plus la gueule. Je peux comprendre néanmoins que les proches puissent se poser des questions notamment lorsque le changement qui s'opère est physique.
Des questions, j'en avais déjà eu à revendre dix-sept ans en arrière lorsque je décidais un beau matin de m'attaquer aux vingt-cinq kilos en trop, lorsque je décidais de rendre ma vie un peu plus facile (et pas seulement à cause des garçons : à l'époque, j'avais seize ans). Quand j'ai atteint mon objectif neuf mois plus tard, il a aussi fallu que je compose avec les remarques des uns et des autres : combien de fois ai-je notamment entendu que j'étais anorexique.
C'est comme ça dans la vie. Tu as beau prendre cette direction, modifier un peu ton train de vie pour rendre ta vie meilleure, en tout cas plus confortable, certains de tes proches auront toujours quelque chose à dire. Peut-être parce que le commun des mortels est un peu allergique au changement. Je le pense en tout cas et je suis sûre que si vous regardez un peu autour de vous, vous verrez les réactions provoquées par telle ou telle évolution.
Je sais bien que cette personne n'a pas dit cette phrase méchamment ce matin.
Je sais bien ce qu'elle a voulu dire et je comprends qu'elle puisse être éventuellement inquiète.
Il y a pourtant un beau paradoxe : OK, j'ai peut-être les traits du visage plus marqués (entre temps, un deuxième enfant est arrivé, ce n'est pas comme si on restait dans le canapé une grosse partie de la journée et puis on a pris cinq ans de plus aussi) mais pour autant, je crois que je n'ai jamais été autant maître de moi-même, que je n'ai jamais autant su ce que je voulais, que je n'ai jamais été aussi sereine. La trentaine et la sagesse aidant aussi.
On court beaucoup, on passe les trois-quarts de notre temps au bureau, on est fatigués souvent.
Mais les enfants grandissent, sont plus autonomes et pour ma part, je m'épanouis encore plus dans la course à pied, dans ce temps octroyé rien que pour moi.
Je suis creuse, éventuellement moins radieuse, j'ai même perdu ma poitrine à cause de la course pour tout vous dire mais j'ai gagné en sérénité.
On ne peut pas gagner partout, tout le temps.
Le changement physique mais le chemin de vie qui évolue, tout simplement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Bonjour Anne Claire,
    Je crois que les gens trouverons toujours quelque chose à redire. Moi aussi quand je regarde mes photos de quand j'ai rencontré mon mari j'avais les joues plus rebondies maintenant ce n'est plus le cas.... Après tout peu importe le physique pour moi mais le bien être que j'ai après une course et ça ça n'a pas de prix. Pour ce qui est de la poitrine c'est pareil.... pourtant j'ai 3 enfants.... mais je n'ai jamais été aussi bien maintenant à 35 ans qu'à 20.....
    Le principal étant de se faire plaisir et on sais parfois qu'on ne peut que compter sur soi même.
    Bises

    Vanessa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se faire plaisir et puis après tout on change, j'aime beaucoup l'idée aussi que la vie n'est pas linéaire, que nous ne sommes pas linéaires et qu'à chaque âge, une façade (et un mental aussi) différente, plus mûre. Merci de ton commentaire par ici et à bientôt.

      Supprimer
  2. Tellement en accord avec ça. La course, les réflexions que cette activité, la première que je m'accordais depuis que j'étais mère ( après 15 années exclusivement consacrées à les enfants ) a suscité des réflexions que je n'aurais jamais pu imaginer être formulée par des proches. Un langage finalement assez proche de ce que je peux entendre également par rapport à d'autres activités qui ne concerneraient pas la maternité dans son ensemble ( le travail, tout simplement par exemple ). En trois ans, la course à pied a réorienté mon quotidien et mon futur. Tu ne sembles pas en être au même point que moi, enfin, je ne te connais pas assez pour juger, mais chez moi, l'unique fait de m'entendre dire " tu te transformes, tu prends du temps pour toi - dans le sens péjoratif - tu ne penses plus aux autres, tu es présomptueuse, alors même que je préparais un marathon pour une oeuvre d'entraide, m'a violemment ouvert les yeux sur la façon dont on me percevait : Une mère, et rien d'autre…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je pense que ça t'a ouvert les yeux par la même occasion sur certaines personnes de ton entourage, celles avec lesquelles tu savais que tu continuerais de te construire avec elles dans le temps, et les autres qui n'admettent pas que tu puisses évoluer un peu différemment. Nos chemins de vie ne sont pas toujours tracés d'avance, ils peuvent évoluer selon telle ou telle direction choisie et merci la vie pour ça. Tu sais, je citerai simplement cette phrase tirée d'une chanson que j'aime beaucoup : "quand on se pose, on est mort" (JJG - On ira). Merci à toi Sophie pour ton point de vue sur ce sujet, ici et ailleurs ;-) . Bises et keep running and loving à ta manière.

      Supprimer
  3. Ecoute, moi je t'ai vu à l'arrivée d'une course et tu étais... radieuse. Je me souviens de ton sourire comme un soleil. Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable Marjolaine ♥ Et ce jour là, le soleil n'avait pas brillé assez longtemps. J'espère te revoir bientôt, et plus longtemps. Bises

      Supprimer
  4. On ne devrait jamais devoir se justifier d'être bien dans sa peau... Moi je te trouve radieuse, je trouve que justement tu as enfin réussi à trouver le bon équilibre et tu sembles réconciliée avec ton corps. Smack !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne ♥ Un partage de point de vue, plus qu'une justification, partage dans lequel plusieurs personnes ont réagi, comme quoi... ;-)

      Supprimer