mardi 12 novembre 2013

Bien plus qu'une Victoire (le sport et moi)

Le sport et moi, c'est une longue histoire.
Avant, on n'avait rien à faire ensemble.
Petite, je voulais peut-être faire du tennis. Parce que la copine en faisait. Mais ce peut-être a aussi fait que comme je ne le désirais certainement pas plus qu'autre chose, mes parents ont renoncé à m'y inscrire. Et puis ça coûtait un peu cher, tout ça multiplié par quatre frères et sœurs, ça aurait commencé à causer.
Je me souviens que maman me disait souvent qu'elle aimerait que je fasse du judo, « si, du judo, pour une fille, pour se défendre, ça servira toujours ».
Oui mais elle le disait souvent mais ce n'est pas pour autant que je prenais ses paroles pour argent comptant.
« Mouais, bof » a dû être le genre de réponse que j'aurais pu lui faire.
Et puis est arrivé le collège. Mon Dieu, le collège. J'aimais bien l'endurance, je sentais que je n'étais pas si nulle. La gym, c'est une autre paire de manches. J'étais tellement nulle que je me récoltais un 5/20, un 5/20 alors que j'étais bien incapable de terminer correctement un agrès tellement j'étais souple. L'objectif qu'on m'avait fixé en cinquième était de savoir faire une roulade. Pour vous dire à quel point j'étais souple. Cette note de 5, on me l'attribuait uniquement parce que j'étais présente aux cours : même si je me ridiculisais, je venais. Mes professeurs avaient pitié, c'était certain.
Et puis sont arrivés mes 16 ans.
16 ans et la classe de troisième où un examen avec une infirmière est obligatoire en fin de collège.
Et puis cette honte du chiffre sur la balance, surtout la honte de ce que me disait l'infirmière.
Pour résumer, une bonne surcharge pondérale.

Mon année de seconde fut une année transitoire. Transitoire dans le sens où j'ai pris mon temps pour perdre mes vingt-cinq kilos de trop.
J'y suis arrivée. Seule. En fin de « régime » , j'entendais souvent le mot « anorexie» autour de moi.
Non, pas d'anorexie, juste une prise de conscience, une prise de conscience que ma vie de tous les jours serait un peu plus facile sans ces kilos en trop. Et à dix-sept ans, elle devient d'abord plus facile avec les garçons.

Et puis, petit à petit, je me suis inscrite dans des petits clubs de gym.
Le premier fut en BTS avec les copines de promo, on y allait les jeudis soirs, on souffrait, je m'en souviens très bien. Alors, pourquoi on souffrait ? On souffrait parce qu'à l'époque, on ne prenait pas vraiment plaisir à faire du sport : on y allait en bande parce que c'était plus motivant mais l'heure nous paraissait bien longue, simplement parce qu'on n'y venait pas pour le plaisir du sport. Du moins, pour moi, c'était ça.
J'en ai fait ensuite deux fois par semaine lorsque je suis entrée dans la vie active, j'en garde un meilleur souvenir, j'étais contente d'y aller et appréciais cette sensation de bien-être d'après sport.
Et puis, à Barcelone, nous nous étions inscrites avec ma « coloc-amie » dans un vrai club de ville, ces clubs où ils te proposent plein de cours différents sept jours sur sept. Un vrai bon souvenir, me lever le dimanche matin pour aller nager, courir sur un tapis ou entendre des "un poquito más" à tours de bras, ne me posait pas de problème.
Et puis, il y a aujourd'hui.
Aujourd'hui, ma relation au sport est telle que j'aurais bien du mal à m'en passer. Deux cours par semaine dans un petit club de campagne mais cela dit très dynamique avec une prof géniale qui nous fait bouger sur de la gym tonique le mercredi (bodytonic, FAC, bodyform, step) et de la zumba le vendredi. Et puis à côté de ces deux heures, il y a de temps en temps de la course. Et de plus en plus souvent d'ailleurs. Tout simplement parce que le sport m'est devenu quasi indispensable, le sport, c'est cette soupape qui permet de mettre entre parenthèses pendant une heure en moyenne, son quotidien et qui permet de relâcher cette pression inhérente à notre société d'aujourd'hui et de se permettre pendant une heure de ne penser qu'à soi et de mettre son cerveau au repos. Et bizarrement, mon addiction pour le sport a encore plus augmenté depuis que je suis maman.

Mon rapport au sport a changé :
A dix ans, il était inexistant,
A vingt ans, il était à mes côtés,
A trente ans, il est en moi.
Alors hier, lorsque pour la première fois, je participais aux foulées de Cherbourg et que mon score à l'arrivée était plutôt digne (7 km en un peu plus de 44 minutes), je peux vous assurer que je n'en étais pas peu fière. Une auto-satisfaction bien réelle qui quelque part m'a redonnée des ailes pour un moment.

Parce que ce large sourire que j'ai arboré pendant de longues minutes après l'arrivée, il signifie plein plus qu'une course achevée, ce sourire, c'est une vraie victoire, une victoire et une revanche sur la vie qui ne m'avait pas au départ prédestinée à être cette sportive épanouie d'aujourd'hui.
Comme quoi, persévérer mène à tout. Ou presque.
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Tu as de quoi être fière de toi ! Un très beau chemin vers le sport que j'observe de plus en plus souvent autour de moi... Des gens qui ont arrêté de se dire qu'ils n'étaient pas faits pour ça et ont pris leur courage à deux mains pour s'y mettre. Le plus bel exemple que je connaisse c'est ma tante, qui n'avait jamais fait de sport de sa vie, et puis il y a trois ans elle s'est mise à courir. Elle court chaque année le marathon de Paris, et franchit la ligne d'arrivée. Je suis si fière d'elle, mais aussi de toi ! Et admirative aussi, car je peine à trouver un peu de temps pour me remettre au sport aussi. Et quand je parviens à grappiller un peu de liberté, j'utilise ce peu de temps pour le passer avec mes amis, en allant au restau ou voir des spectacles. Mais je sens que mon corps aurait bien besoin de cette soupape de décompression en plus. Quand je repense au passé, je me souviens à quel point la gym était toute ma vie... Ça me manque tellement aujourd'hui ! J'aimerais vraiment retrouver un sport qui me plaise, je ne désespère pas mais à Paris tout est tellement compliqué (trop de monde ou trop cher... et courir en ville, c'est hors de question).
    J'ai couru trois fois les Foulées de la Presse de la Manche, avec un score bien moins honorable que le tien ! (une fois j'ai terminé avant-dernière, mais peu importe, j'étais contente quand même !) l'endurance ça n'a jamais été mon truc ! Toi tu avais 5 en gym, moi je me souviens avoir eu un 6 en endurance ! Comme quoi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici que je cours un marathon, la marge est grande. Mais...La vie m'apprend de plus en plus à ne jamais dire jamais, tout change tellement vite. Je souhaite que tu parviennes à trouver un compromis pour pratiquer quelque chose sur Paris, le plus difficile je crois et d'accepter de modifier un peu sa routine et de ne pas se dire "qu'est ce que je serais bien à me poser chez moi plutôt que d'aller au sport". Surtout en ce moment, il fait nuit, il pleut, on resterait bien à la maison mais NON, on est tellement bien après avoir décompressé une bonne heure.

      Supprimer
  2. Je m'étais toujours dit "un jour, je ferai les foulées !" et au final, à force de reculer, je n'ai jamais osé, un jour ! Bravo en tous cas, 7 km en 44 minutes, c'est chouette !!! Je comprends ton sentiment ta satisfaction !
    Comme toi avant, le sport a longtemps été pour moi une plaie, et bizarrement, plus le temps passe, plus j'y prends vraiment du plaisir et plus je sens que mon corps en a besoin, aussi. Bonne journée et merci pour cet article qui me donne envie d'enfiler mon legging en lycra :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton com ta3mam. Dans le même thème, j'avais beaucoup aimé ton billet sur la marche, tellement bien écrit et si vrai : je me rappelle les marches d'escalier par exemple, je fais pareil et je rentre même mon ventre pour faire travailler aussi mes abdos ;-) Tu me promets que si tu es un jour dans le Cotentin un 11 novembre, tu m'envoies un mot et on se les fait ensemble ces Foulées ?

      Supprimer
  3. Bravo! j'aime tellement cette sensation post effort! on se sent tellement bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! C'est cela, une sérénité retrouvée...

      Supprimer
  4. Bravoooo ! Belle performance !
    Tes écrits me touchent. Je suis dans la phase de persévérance. J'ai recommencé le sport du haut de ma trentaine d'années et c'est dur. Mais en même temps tellement libérateur ! Je pense, comme toi, que j'aurais maintenant du mal à m'en passer. Je ne me sens pas du tout la même avec ou sans. C'est fou. Quand j'étais lycéenne, j'étais très dynamique, j'aimais faire des sports d'équipe (Volley, etc...), mais l'endurance n'était pas mon fort. Maintenant, je comprends le plaisir qu'il peut y avoir à courir ou pédaler. Je n'en reviens pas ! Et je m'accroche, oui je m’accroche... parce que mon dos en dépend. Maintenant, je le sais, j'ai tendance à zapper la pure contraction des abdos, aïe, c'est moins amusant ! ;) Bah, chaque chose en son temps...
    Encore bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie ! Mais tu verras, à force de persévérance, ça devrait venir très vite et si déjà tu y prends du plaisir, c'est que c'est plutôt bien parti. Et puis il y aura la satisfaction d'avoir un corps bien mieux proportionné ensuite aussi, les muscles qui se dessinent, tout ça :-)

      Supprimer