jeudi 28 mai 2015

Le mois de mai

Je ne l'ai pas vu tout de suite.
Une fois sortis de la médiathèque, avec nos livres et notre CD de comptines sous le bras, ce n'est seulement que deux ou trois jours après que je suis tombée sur cette couverture d'un des livres empruntés par fiston.
J'ai souri d'abord, réfléchi un petit peu ensuite, je l'ai montré à son papa le soir. 

Finalement, on a pensé la même chose.
On se dépêche, on fait toujours tout vite. Je plaide encore plus coupable, c'est bien moi qui court la plus vite dans la maison dès le petit matin.
En plus, ce n'est pas comme si on était en retard chaque matin, bien au contraire.

J'ai aimé ce mois de mai qui se termine.
Chaque année, les médias se reposent les mêmes questions : "vers la fin des ponts du mois de mai pour sauver notre économie ?"
Effectivement, on le sait : le mois de mai, ce n'est pas le mois du patron.
Le mois de mai, il y a les ponts mais il y aussi tous les congés restants à solder.
Mais le mois de mai, c'est ce mois particulier de l'année où tu cours quotidiennement moins vite.
Ce mois particulier où tu trouves le temps de déclarer tes impôts de faire des choses que tu ne parviens pas à faire le reste de l'année.
Des choses simples comme par exemple commencer enfin à accrocher tes cadres sur ce mur.
Même que tu seras allée à l'école déposer ou chercher tes enfants plusieurs fois alors même que le reste de l'année, ce petit plaisir reste très exceptionnel.
Le mois de mai, tu vis finalement plus dans le présent que le reste de l'année :
Au bureau, les uns et les autres allant et venant, c'est une atmosphère plutôt à contre-courant que tu as trouvé les quelques jours où tu venais aussi travailler.
A la maison, c'est une atmosphère un peu plus relâchée que tu vivais, les semaines de trois jours se répétant, à vivre davantage au jour le jour en fin de compte.

Ce mois de mai m'a semblé tellement différent : on a simplement vécu dans le présent, à profiter d'abord de tout ce qu'on avait autour de nous.
C'est juste drôlement bien de faire un peu plus abstraction du passé, d'oublier momentanément le futur, d'apprécier pleinement l'instant T.
En fin de compte, Max et Lili se sont beaucoup moins dépêchés ce mois-ci et ils ont été plus d'une fois ravis.

Finalement, ce mois de mai, on en tirerait bien des leçons pour les mois à venir.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire