dimanche 8 décembre 2013

Un joli paraître. Et l'être, il se porte comment ?

Le paraître versus l'être.
Que de choses à dire, hein.

En famille, avec les copains, en communauté, au travail, sur les réseaux sociaux,... : le plus souvent, on fait bonne figure.
Toujours faire bonne figure. On vit aujourd'hui dans un monde pas tous les jours évident mais en plus dans un monde plutôt concurrentiel et compétitif. Beaucoup d'entre nous regardent toujours un peu trop ce qu'il se passe chez son voisin. Et quelquefois, si ce voisin est un peu meilleur, s'il possède un peu plus, alors il faut qu'on y arrive aussi.
Vouloir toujours aller plus haut. Montrer patte blanche. Vivre au sein d'un cocon merveilleux.
Ce sont les lignes de vie de certaines personnes. Des lignes de vie qui peuvent être naturelles chez les uns, beaucoup moins naturelles chez les autres.
Oui, pourquoi vouloir toujours le meilleur finalement ? Pourquoi montrer aux autres que nous sommes heureux, que nous sommes la famille parfaite alors que ce n'est pas toujours aussi rose ? Et pourquoi ne puis-je au moins une fois exprimer mes vrais sentiments et montrer que finalement aujourd'hui, je ne me sens pas bien ?


Hier, deux heures avant cette photo, nous avons appris une très mauvaise nouvelle. 
J'étais chez maman, un coup de fil impromptu, un son de voix cassé.
Maman venait de perdre son cousin.
Les souvenirs d'enfance qui remontent, se battre pour ne pas pleurer. "Si maman, pleure, ça fait du bien".
Mon grand cousin était chef d'entreprise, il était brigadier-chef de la caserne des sapeurs-pompiers de sa petite ville, il était marié à une belle femme, papa de trois beaux enfants et possédait ce qu'il y avait de plus beau.
Sauf que mon grand cousin a craqué dans la nuit de vendredi à samedi et qu'il s'est pendu dans son garage.

Mon grand cousin, nous t'avions revu la dernière fois à notre vin d'honneur pour notre mariage.
On t'a toujours vu heureux, toujours souriant, accompagné de ta jolie famille.
Mon grand cousin, tu n'étais finalement pas bien. Tout le monde en tremble car tout le monde pensait le contraire.
Il y a des personnes que ça met "hors d'elles". Entre guillemets le "hors d'elles" car je ne comprends pas qu'on juge un tel acte. D'accord, c'est peut être "facile" et "égoïste" le suicide mais saviez-vous au moins comment il vivait finalement ? Ce qu'il ressentait ?
Il ne devait finalement pas être heureux. Il lui manquait quelque chose, ou bien avait-il finalement trop ?
Mon papa dira "comme quoi, l'argent ne fait pas le bonheur". C'est un autre débat, je pense en fin de compte que ça n'a pas trop grand chose à voir avec ce qui s'est passé.
Qu'il ait eu de l'argent ou non, mon grand cousin n'avait certainement pas la vie qu'il souhaitait, il n'arrivait certainement plus à jouer ce rôle de bonne figure, d'homme accompli.
Au lieu de changer de vie, notre cousin a choisi une voie radicale.
C'est tellement dur mais l'un d'entre nous sait-il au moins ce que lui endurait ?
Même si tout semblait rose, sa vie intérieure devait être si noire pour en venir à un tel acte.
Maman a pleuré un peu.
Elle devait m'accompagner au Zumbathon pour veiller sur les enfants : "tu veux faire quoi maman ?"
Nous y sommes allées tout de même.
J'ai pleuré aussi dans la voiture.
Et puis, en entrant dans la salle, le smartphone en main, on était reparti dans la vie du paraître.
Une photo d'une fille heureuse.
Oui, cette heure de zumba, c'était bien mais la fille heureuse, elle a encore un peu mal au ventre presque 24 heures plus tard.
La vie, sauter du coq à l'âne, paraître et puis être.
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. C'est tellement vrai... Et je déteste tellement cette jalousie dont souffre bien trop de personnes!! Courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la déteste aussi et elle rend souvent ce monde détestable. Tu dis "c'est tellement vrai", je dirais "c'est tristement vrai". Des bises.

      Supprimer
    2. Madame Ordinaire m'enlève les mots de la bouche, c'est tellement vrai, ce que tu écris. Ce week-end, je n'ai pas réussi à faire semblant et j'ai en partie gâché notre anniversaire de mariage. Ce n'était pas entièrement ma faute, c'est juste qu'on a appris une très mauvaise nouvelle jeudi soir avant notre départ et qu'après ça, je n'ai pas réussi à reprendre le dessus. Je n'ai pu ni paraître ni être... Et aujourd'hui, je me force à sourire, mais le cœur n'y est pas, il est lourd le cœur...
      Tu as bien raison de dire qu'il ne faut pas juger ton grand cousin. Parfois, on n'imagine pas le désespoir des gens.
      Je te souhaite beaucoup de courage et je t'embrasse.

      Supprimer
    3. Merci Isa pour ton soutien, encore aujourd'hui, c'était un peu dur, heureusement que le travail est là pour chasser les pensées noires. Je t'ai déjà fait une longue réponse chez toi hier, tu sais ce qu'il en est pour le reste ;)

      Supprimer
  2. Parfois les vie est vraiment une chienne :( J'ai une cousine très sage, qui dit toujours qu'on ne sait jamais ce qui se passe derrière une porte fermée. Elle employait souvent cette image pour parler de son couple, qui semblait parfait en apparence et pourtant... Je suis bien désolée pour ta maman, et pour toi aussi. Difficile de savoir ce qui est arrivé à cet homme, mais certainement que vous le découvrirez tôt ou tard.... Je l'espère, pour ses proches en tout cas. Car c'est encore plus dur lorsque l'on a aucune réponse à ses questions.

    Et savoir que tu as fais de la zumba dans la salle de sport de mon enfance, ça me fait vraiment quelque chose. Pratiquement 20 ans de ma vie ! (et en plus j'habitais dans le lotissement tout près).

    Je t'embrasse fort ma jolie !

    RépondreSupprimer
  3. On ne peut jamais savoir les fêlures derrière les sourires.
    Quel choc pour ta famille... Mes mots seront peu de chose, mais sache que je suis vraiment désolée pour toi ainsi que pour tous tes proches.
    Nous ne nous sommes jamais rencontrées, pourtant je me permets de finir ce message en te disant que je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie, ton commentaire me fait chaud au coeur.

      Supprimer
  4. très joli billet !! et bon courage pour ce dur moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, vos commentaires me font du bien, rester positif dans cette période noire.

      Supprimer
  5. Un joli billet et de belle parole! C'est tristement vrai comme tu dis! On me dit toujours que ma mère à l'aire d'aller bien, c'est la paraître comme tu dis! Ils ne voient pas les revers de la chose quand le paraître n'est plus... Les pleurs, la perte de poids, les doutes, la perte des cheveux, les piqûres les rendez-vous médicaux, non ça ne se voit pas quand on croise ma mère... Et pourtant tout est là... Mais je fais la même chose avec ma mère... J'essaye d'être forte devant elle, et pourtant je pleure une fois chez moi... Maudit paraître!!!

    Je suis de tout-coeur avec toi et ta famille!

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Florence. Foutu paraître, ça va un temps, arrive le moment où tu craques pour de vrai, c'est simplement humain, le naturel qui revient au galop...

      Supprimer
  6. Oui comme toujours, tu mets de jolis mots sur tes sujets. Mais celui-ci me donne le frisson. Oh que c'est vrai que nous ne savons pas ce qu'il y a derrière le sourire des gens. Je suis de tout coeur avec vous et je regrette encore plus de ne pas avoir été à côté de toi à cette zumba. Gros bisous Anne-Claire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3 Tes commentaires me font chaud au coeur venant de toi tu sais. Cette semaine a été spéciale, autre, l'impression d'être dans un cauchemar. Je compte sur le week-end pour tâcher de remettre un peu d'ordre dans mon esprit. J'espère qu'on se verra mercredi. Des gros bisous et t'inquiète, ce sera bien aussi demain soir ;)

      Supprimer