lundi 9 mars 2015

Mon #SemiParis avec Anita Active

Que dire. Tellement de choses pour résumer une très bonne cuvée semi-marathon, une manifestation qui s'est révélée à la hauteur de toutes espérances.

Trois semaines avant ce 8 mars 2015, je courais sur le Mitja Marato de Barcelone. Un très bon semi également mais vint ensuite un bon état grippal qui m'a tout bonnement empêchée de courir comme je l'aurais voulu pour préparer notamment mon premier semi parisien.
Pas de sortie longue depuis trois semaines, seulement trois sorties de huit kilomètres environ en l'espace de trois semaines et un mental dans les chaussettes. Voilà l'état d'esprit dans lequel j'arrivais à Paris vendredi soir.

Et puis dans la vie, il y a aussi des petits signes, des petits signes qui font que la météo annoncée allait être au top (grand soleil et jusqu'à 17-18°c annoncées le dimanche après-midi), des petits signes qui font que tu rencontres plein de chouettes personnes en un minimum de temps, des petits signes qui te reboostent et te font aller mieux tout de suite.

J'avais tardé pour m'inscrire au semi parisien, tellement tardé que la manifestation était complète depuis longtemps. Mais c'était sans compter sur Anita Active qui mettait en jeu dix dossards afin de constituer une équipe et de courir le semi aux couleurs de la marque de sous-vêtements de sport. Quelques lignes de motivation plus tard, on m’annonçait en janvier dernier que j'avais été sélectionnée parmi les candidatures, j'avais hâte de partager cette expérience avec d'autres filles, de faire d'autres connaissances et l'expérience de dimanche dernier ne m'a pas déçue.



La Team Anita, photo par Chloé de La Penderie de Chloé
C'est donc vers 9h30 dimanche matin que je rencontrais avec plaisir Jackie, Chloé, Aurore, Isalyne, Gloria, Chloé, Alice et Nadia en tenues décontractées, prêtes à fouler le bitume parisien, mais aussi Caroline notre interlocutrice chez Anita Active, Fred notre coach qui aura été là pour nous préparer physiquement (et là, tu pleures d'habiter en province et de n'avoir pas pu te joindre aux entraînements d'avant semi) mais aussi moralement avec des messages réguliers via Facebook.
On discute un peu, on essaie de prendre la pose pour les photographes spécialement réquisitionnés pour Anita pour l’événement et on essaie de se détendre aussi tant bien que mal, on a toutes hâte d'y être et de commencer cette course pour de bon.
On quitte le village entreprises vers 10h afin de rejoindre nos SAS de départ et c'est toutes les cinq, avec Jackie, Chloé, Aurore et Chloé que nous allions parcourir les premiers kilomètres de Paris. Nous nous sommes définitivement séparées à partir du cinquième kilomètre où j'ai vu Jackie partir devant pour de bon.

Alors, ce semi, il était comment ?


  • Une ambiance de feu : une météo splendide, près de 45 000 coureurs sur la ligne de départ, beaucoup de supporters en ce beau dimanche et notamment beaucoup de familles. J'ai aimé tous ces encouragements le long du parcours, toutes ces petites mains d'enfants qui se tendaient et que je prenais plaisir à taper. J'ai aimé les Pompiers de Paris aussi, qui à trois reprises (du moins ce que j'en ai vu), avaient déployé leurs beaux uniformes, leurs beaux camions et jusqu'à la grande échelle à un moment où trois pompiers étaient suspendus au-dessus de nous à nous encourager et nous applaudir. Et puis, beaucoup de musique, des percussions, des groupes : la musique redonne toujours un sacré coup de pep's pendant l'effort.

  • Le parcours : Paris est belle qu'on se le dise. Paris est encore plus belle lorsqu'on l'arpente en courant sans aucune circulation, lorsque les grandes avenues ne sont qu'à nous. On lève la tête ici, là, on nous indique sur un panneau "à votre droite, l'hôtel de ville", un peu plus loin c'est Notre-Dame, et puis la Seine qui brille beaucoup avec tout ce soleil. La signalisation du parcours était également parfaite, les ravitaillements étaient parfaitement indiqués, chaque kilomètre et des petits clins d’œil humoristiques de temps en temps - qui ne faisaient pas toujours rire d'ailleurs sur le moment : le "allez, c'est parti pour les six derniers kilomètres dans les bois", oui, et bien le bois, il était très interminable tout de même.

  • L'organisation : Près de 45 000 coureurs. C'est qu'il faut savoir les canaliser. Les organisateurs du semi-parisien nous ont géré d'une main de maître, la gestion des départs s'est faite de façon très fluide (on m'avait averti que ce serait très long mais finalement, avec l'effervescence ambiante, la musique, les coachs pour les échauffements, j'ai trouvé que tout s'est déroulé parfaitement, hormis peut-être l'entrée dans les SAS qui était un peu chaotique mais bon, 45 000 coureurs quoi). Les ravitaillements étaient correctement approvisionnés en bouteilles d'eau, bananes et oranges, il fallait d'ailleurs veiller à ne pas se rétamer sur le bitume qui était jonché de tout ça.

  • La récompense : la plus belle récompense, c'est d'avoir terminé ce beau semi. Un beau semi mais plutôt difficile : on aura tous souffert un peu de la chaleur, les premiers dix kilomètres étaient parfaits, à l'ombre des grands immeubles, la seconde partie un peu moins lorsqu'on a longé la Seine, qu'on a rejoint le bois, nous étions en plein soleil, il était midi, on courait du mieux qu'il soit et de mon côté, je me suis aspergée trois fois d'eau pour me rafraîchir le plus possible. En arrivant, j'étais heureuse d'être arrivée au bout de ce tunnel de coureurs, ce tunnel très chaud, très long, on reprend ses esprits, on a chaud encore plusieurs minutes, on marche un peu longtemps pour trouver le ravitaillement de fin de course, je bois une bouteille d'eau, mange une pomme pour récupérer du sucre tout de suite et puis on arrive devant des portiques et on nous tend une médaille magnifique, genre mais vraiment magnifique. Je ne vois que cette médaille, je ne vois rien d'autre, plus personne alors qu'on est je ne sais combien devant le Château de Vincennes, je veux rejoindre le village entreprises pour retrouver mon équipe, pour échanger nos impressions et pour me restaurer aussi : j'aurais tout de même perdu 1286 calories sur ces 21 km...
Cette médaille magnifique - Crédit Semi-marathon de Paris


Les petits bémols du #SemiParis

  • Le nombre de coureurs : oui qu'on se le dise, 45 000 coureurs, c'est loin d'être bénin et c'était un peu trop à mon goût. Jamais pendant la course, je n'ai eu la possibilité de me retrouver un peu libre de courir à mon aise, il y avait toujours quelqu'un au coude à coude, des coureurs qui te doublaient ou bien d'autres qui te ralentissaient souvent parce que tu n'avais pas toujours la place pour les doubler comme bon te semblait.

  • Les gens qui traversent : pas de long commentaire, mais imaginez des coureurs au coude à coude qui en veulent, qui courent plutôt vite mais qui voit passer sous leur nez mamie qui voulait se rendre chez l'épicier, ou cet homme là qui traverse avec un vélo à bout de bras. On m'a même rapporté en fin de course qu'une maman tentait de traverser avec ses deux enfants. Bref, les humains, parfois...

  • La fin du parcours : en parcourant le plan du parcours, j'avais noté que les derniers kilomètres s'effectueraient dans le bois de Vincennes. J'avais peur que ces derniers kilomètres qui sont forcément les plus compliquées physiquement et moralement, soient un peu trop tranquilles dans le sens où il y aurait beaucoup moins de supporters que sur les grandes avenues par exemple. Et ce fut ça, un bois qui n'en est pas vraiment un d'ailleurs car il y avait toujours autant de soleil, et moins de supporters. Mon semi parisien fut long, trop long, entre le quatorzième et le dix-huitième kilomètre...

Difficile de répertorier tous les côtés d'une telle expérience : il y a eu beaucoup de bons côtés, quelques mauvais mais surtout beaucoup de bons. 
Je suis arrivée à Paris toute petite, trop fatiguée, à douter de moi, à me dire que ce semi serait compliqué. Mais sur place, j'ai retrouvé une équipe Anita Active motivée, j'ai retrouvé des copains runners avec lesquels on discute très souvent via les réseaux, j'ai rencontré encore des chouettes personnes et nous étions tous là pour notre passion et pour vivre un bon moment. 
Le résultat en valait la chandelle, je suis repartie de Paris le sourire jusqu'aux oreilles, avec plein de souvenirs en tête et des étoiles dans les yeux pour au moins plusieurs jours.
Et puis, j'espérais refaire un sub 2h aussi. Je l'ai fait. à cinq secondes près. C'est fou, non ?

La médaille et le large sourire des 1h59 et 55 SECONDES
Merci à tous ceux que j'ai revu et/ou rencontré même si le temps est toujours trop court.
Merci à toutes les filles de mon équipe : Caroline aura dit de nous que nous étions "pétillantes, attachantes, courageuses et soudées", merci Caroline pour ces mots et merci Anita Active pour cette organisation hors pair et pour nous avoir donné cette chance de vivre le #SemiParis d'une façon privilégiée.
Merci à tous les organisateurs du semi parisien, aux bénévoles et aux nombreux supporters.

Plus de compte-rendus de notre équipe Anita Active à suivre, que je vous indiquerai au fur et à mesure des publications (Celui de Nadia, de Jackie, de Chloé)
Et ce montage que je découvre ce soir et que j'adore, le reflet d'une très belle expérience !

Crédit Anita Active
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

  1. J'ai aussi beaucoup aimé les pompiers sur leur grande échelle !
    Bravo pour ta performance :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi. Je voulais au moins le terminer, le dimanche d'avant, j'étais partie pour une SL de 15km, j'ai eu un mur à partir de 4km et j'ai couru très difficilement 8km. Le mental n'était pas au RDV mais l'effervescence de la course, les copains, qu'est-ce que c'était bien (et du coup, ça a bien remonté le mental ;-) ) Et encore bravo à toi.

      Supprimer
  2. Bravo et merciiii!
    Pierre S. / DG Anita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous, quels beaux moments. Et des sourires à foison, ça fait du bien !

      Supprimer
  3. Trop sympa les pompiers ! Et oui j'aime beaucoup la médaille... ! Chapeau pour ton chrono, moins de 2h, c'est une sacrée étape !!
    Ton récit confirme mon point de vue sur le semi en tout cas : le nombre de coureurs me rebute à m'inscrire... même si la course en elle même a l'air chouette !
    Je courais dans les rues de Paris au même moment et j'ai pensé à vous, vers 11h au soleil il faisait bien bien chaud...
    En tout cas bravo encore et bonne récup ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Oui, c'était franchement très sympa et puis j'ai revu et rencontré plein de nouvelles chouettes personnes mais il y a trop de participants, qu'on se le dise, c'est plutôt frustrant, on ne court pas vraiment à notre aise. Mais bon, il y a les pompiers :-D

      Supprimer
  4. Bravo Bravo !!
    Je suis admirative des filles qui osent faire du sport molassonne comme je suis mais un jour promis moi aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Mais oui, c'est donné à tout le monde ! J'étais loin d'être une sportive avant.

      Supprimer
  5. Joli CR - J'adore voir les courses dans les pas des runners ! - Totalement d'ac pour les gens qui traversent, j'ai l'impression qu'il y en a de plus en plus. Hyper dangereux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne réalisent pas vraiment à quelle vitesse ça arrive. Mais quand même (et puis traverser avec ses enfants... #labêtise)

      Supprimer
  6. Très beau CR et très belle course ! Je te rejoins sur de nombreux points (nb de coureurs, bordel pour entrer dans les sas, etc). Je suis content de t'avoir rencontré ! À très bientôt ;-)

    RépondreSupprimer