dimanche 25 mars 2018

Mon premier stage de trail




Le week-end du 16 au 18 mars était réservé depuis un petit moment dans mon calendrier.
Une soirée de fin d'automne, Facebook m'avait caftée qu'une amie venait de commenter une publication de Nathalie Mauclair. La publication m'interpelle : il s'agit d'une communication à propos d'un stage de trail qui aura lieu en Loire-Atlantique en mars et si je suis autant interpellée, c'est seulement qu'il y a un bail que partir en stage trail me trottait dans le ciboulot mais qui dit trail, dit aussi dénivelé, qui dit montagne ou moyenne montagne, qui signifie donc que ce type de stage se déroule bien plus souvent loin de mon Cotentin : Auvergne, Alpes, Pyrénées, bref, beaucoup d'endroits de France où il y a moyen de se manger de bonnes côtes et de vilaines descentes (oui, je préfère grandement les côtes).
Alors forcément, quand je lis "44" dans le descriptif du stage, je ne suis pas loin d'être convaincue par ce week-end, je vérifie illico-presto mon planning, celui de mon mari et là encore, ça colle plutôt très bien dis donc.
Le coût du stage a été en grande partie financé par le département. L'organisation du stage a aussi été rendu possible grâce aux partenaires associatifs spécialistes des sports de pleine nature, Nature Sport Vioreau et le NOS section VTT et au prestataire de l'hébergement de groupe, Le Manoir de la Jahotière. Aux participantes, l'organisation demandait une participation de 130€, participation ô combien intéressante vu le descriptif du programme annoncé sur les 48 heures.
Comme j'aime bien dormir un peu sur les choses avant de m'emballer, je vais me coucher et réserverai donc ma place (il ne restait déjà plus que sept disponibilités sur trente-deux !) le lendemain matin. Les trente-deux places ont été réservées en à peine quinze jours : il faut dire que la participation de la grande Championne de trail qu'est Nathalie Mauclair aura bien entendu beaucoup motivé la troupe.

Je quitte donc mon Cotentin le vendredi en début d'après-midi pour arriver sur le site de pleine nature de la mine d'Abbaretz avant 18h30, heure de notre RDV et des premières rencontres avec les organisateurs, avec celles qui seront mes copines d'effort, de dortoir, de bonne humeur pendant ces 48 heures.
Un des premiers bonjours consistait à nous chausser, à fixer nos frontales sur le coin de la tête et partir arpenter la mine et son terril à la nuit tombée. On discute beaucoup, on apprend déjà à se connaître, je retrouve aussi ma fameuse amie Facebook évoquée plus haut, Val, passionnée de trail depuis bien plus longtemps que moi et dont j'avais eu le plaisir de faire la connaissance IRL ("In Real Life" qu'ils disent, soit, enfin en dehors des réseaux sociaux) en Auvergne l'été dernier.
C'est déjà un chouette moment que de faire ce tour nocturne, personnellement je prends un peu plus mes marques et commence à me sentir un peu plus à ma place. J'étais vraiment impressionnée lorsque je suis arrivée, participer pour la première fois à un stage de trail, ce n'est pas rien et vous comprendrez qu'on puisse se demander ce qui nous attend finalement.

Y'en a d'autres dans le fond du couloir 😂
Une partie des filles prendront leurs douches dans les vestiaires du site de la mine, les autres directement au Manoir de la Jahotière. Une fois bien propres et disposes, nous nous retrouvons autour d'un excellent dîner au restaurant du Manoir. Un restaurant dont je tiens à préciser la qualité : nos dîners, petits-déjeuners et déjeuner du dimanche midi furent succulents, le service impeccable, un endroit que je, mais aussi que toutes mes copines du week-end, saurons vous recommander chaleureusement. Un site qui plus est en pleine nature, à proximité de la forêt : ne soyez pas surpris d'avoir vue sur les biches au petit matin. A noter que Le Manoir de la Jahotière fait partie du prestigieux réseau Relais du Silence.
23h30, allez, il est (déjà !) temps d'aller se couler dans notre sac de couchage, on en aurait des trucs à se raconter encore tous ensemble mais c'est que demain matin, samedi, on commence notre journée par un test VMA (👽).


Samedi
On emporte avec nous des affaires pour la journée : une éventuelle tenue de rechange pour l'après-midi, de quoi se doucher... On passera toute la journée à Abbaretz, d'abord au stade pour notre test VMA qui déchire, puis retour sur le site de la mine pour une après-midi avec entraînements spécifiques trail.
Le test VMA se déroule...comme un test VMA. Bref, on ne s'attardera pas dessus.
En milieu de matinée, un petit crachin désagréable s'est invité et il valait mieux continuer de trottiner si on ne voulait pas attraper froid.
On se retrouve toutes ensemble sur le site de la mine, on se réchauffe un peu : change, boissons chaudes, avant de rejoindre Nathalie sur la terrasse bois pour quelques étirements.



Avant de reprendre les choses sérieuses l'après-midi, nous avons longuement échangé avec les organisateurs et financeurs du stage avec lesquels nous avons partagé les spécialités régionales que chaque participante avait apporté. Ce fut un moment du stage très sympathique même s'il ne fallait pas rester à proximité du buffet sous peine de ne plus pouvoir vous arrêter de goûter à tout ce qui était à portée de mains 🙊
Mentions spéciales pour le cake butternut, le gâteau à la broche et le boudin de charcuterie qui ressemblait à de l'andouillette en provenance du Mans et ses alentours.
Et j'en passe !
(ah oui, et puis n'oublions pas les rillettes de Champagné : dédicace particulière pour Val).



Bon, cependant, c'est pas tout cela, mais après le buffet, il fallait aussi qu'on garde de la place pour le déjeuner qui nous attendait, du tout frais, du tout bio d'un entrepreneur local. Encore une fois, c'était succulent mais je crois que c'est à partir de là que ça a commencé à devenir compliqué me concernant : s'être posée, s'être réchauffée, avoir bien vécu pendant deux heures et il fallait y retourner avec au programme deux ateliers d'une heure chacun environ :

  • des successions de montées descentes sur le terril avec les conseils de Nathalie pour nous servir convenablement de nos bâtons.
  • des exercices de renforcement musculaire étroitement liés au trail : des escaliers (coucou Maxime, je me souviendrai longtemps de ces montées A CLOCHE-PIED 😱) (d'ailleurs, j'ai pas vraiment réussi mais on ne dira rien), de la proprioception, des courses les uns derrière les autres en évitant absolument de passer dans la trace de l'autre ce qui nous obligeait à ruser et à regarder surtout ce qui était faisable ailleurs, des squats une jambe tendue...

Côté météo, c'était assez chouette, le crachin du matin s'était bien fait la malle.
Côté ambiance, c'était toujours aussi sympathique.
Côté descentes, j'avais oublié que j'avais toujours aussi peur. à noter cependant que plus on en faisait, mieux je me sentais. à méditer pour la suite ;)
Côté mixité, on avait les femmes d'un côté qui déchiraient tout pendant leur stage, les hommes qui fêtaient un enterrement de vie de garçon de l'autre côté qui étaient bien en forme également, il fallait les voir sur leurs VTT après leurs apéros du déjeuner, et puis les entendre aussi : à croire que trente-deux nanas qui montent et descendent un terril, ce n'est pas rien apparemment.



Et puis je crois que Maxime a compris qu'on étaient un peu cuites et nous a alors proposées de remonter se changer. J'avoue, j'étais contente de me poser une bonne heure avant de participer à une conférence consacrée à la préparation mentale au Manoir de la Jahotière.
La conférence fut d'abord animée par deux kinésithérapeutes du sport qui nous ont fait quelques rappels bien utiles de bonne pratique de course puis par Nathalie Mauclair qui a donc axé son intervention sur cette fameuse préparation mentale et fait part de ses expériences en matière de sophrologie, d'hypnose et de yoga. Des états modifiés de la conscience très bénéfiques pour tout coureur.
Après de nouveaux partages suite à la conférence puis un dîner, il était l'heure d'aller reposer un peu ses grandes jambes avant de repartir le lendemain sur une sortie de 16 ou 27km.


C'est donc sous un crachin cette fois-ci que nous avons quitté une nouvelle fois le manoir le dimanche matin. Des kilomètres alignés au travers des sentiers environnants et de la forêt avant de retrouver la bien jolie ligne d'arrivée ci-dessous : que demander de plus ? 


Ah si, un splendide site ? Et bien ajoute-y une séance de stretching dispensée par la douce Camille Bellard et un massage du dos par Sonia pour récupérer, tu obtiendras une bulle de bien-être ô combien appréciable pour clôturer deux journées magnifiques passées auprès de si belles personnes.

Je n'en dirai pas plus, c'était un week-end extraordinaire : j'ai été heureuse de tenir la cadence sportivement et heureuse aussi (et ce dernier point n'était pas commandé, du moins attendu) d'être au contact de tant de belles personnes. Heureuse d'avoir vécu mon premier stage de trail au sein d'un groupe du tonnerre. 
17h arrivait, je savais que j'allais repartir bientôt et comme de coutume, je commence à me faire encore plus discrète, je n'aime vraiment pas quitter des personnes quand je ne sais pas si je les reverrai, ou quand je les reverrai.
Je suis repartie, silencieuse, ma photo dédicacée dans mon sac, la tête pleine de souvenirs.
Le lendemain, dans ma petite chambre d'étudiante, j'avais encore plein d'étoiles dans les yeux.

Merci à tous ceux qui ont fait de ce week-end une autre expérience fantastique.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire